Pourquoi nous avons finalement shooté en forêt ?

Nous connaissons tous les problématiques des shooting en extérieur. Les paramètres que nous ne maîtrisons pas tel que la météo, mais aussi la configuration des lieux qui peut changer et évoluer sont notre “bête noire”. Il nous arrive même de devoir changer nos plans à la dernière minute. Justement, j’ai quelque chose à vous raconter à ce propos.

De l'inspiration au repérage.

Tout avait commencé par une promenade dans une forêt qui m’était encore inconnue. J’étais tombé sur une carrière immense de pierres jaune. Visiblement en activité et surtout accessible, je veux dire exploitable sans avoir besoin de pénétrer dans un secteur interdit. J’en avait donc parlé au reste de l’équipe. C’était décidé, nous avions appelé ça en interne le “shooting carrières”.

Avec Pierre, - le premier assistant - nous nous étions donné rendez-vous pour le fondamental “premier” repérage des lieux.

Maîtriser les temps de déplacement, les obstacles de parcours, les zones dangereuses, les points cardinaux en fonction du site, faire des choix sur les routes à emprunter, apprivoiser les lieux en capturant des clichés divers, tant de points qui font du repérage une étape extrêmement essentielle.

39762386_2208594742488523_602995670143467520_n.jpg
Si vous ne connaissiez pas encore Pierre …

Si vous ne connaissiez pas encore Pierre …

Nous avions plus de 30 minutes de marche pour atteindre le premier lieu intéressant. Nous y sommes retournés plusieurs fois avec Pierre et avec Amanda notre administratrice générale. Le dernier repérage nous étions avec Sébastien au téléphone, notre directeur artistique. Nous avions à ce moment là, convenu du nombre de lieux de shooting, de leurs ordre, le temps nécessaire à la réalisation, mais également tout ce qui vient en amont : les nettoyages de chemin, des lieux de shoots, les dispositifs de sécurité, l’acheminement de la logistique etc. A cette étape, déjà une bonne dizaine d’heure de travaux à notre actif.

Il ne fallait surtout pas oublier en parallèle d’entreprendre des démarches d’autorisation d’accès au lieux pour notre équipe de 12 personnes. J’avais deux plans en tête : Disposer d’une autorisation pour entrer sur le site et l’exploiter depuis l’intérieur ou l’exploiter depuis les alentours en contre-haut, conformément à nos préparatifs issus de notre repérage. Les démarches ont donc été entreprises plus d’un mois à l’avance, dès le début du repérage.

Teamwork power !

Le shooting était bouclé à environ 90%. Les '“mood-boards” étaient prêts, les repérages terminés, les décors bouclés avec Kevin notre accessoiriste, les tenues également, en bref, presque tout était finalisé.

Rebondissement. En l’absence de réponse pour l’autorisation de photographier et bien qu’en dehors du site pour les scènes en alentours, nous avons décidé avec Amanda de changer nos plans, 10 jours avant la date du shooting !

Sur le chemin pour nous rendre aux carrières nous avions repérés des lieux vraiment exceptionnels. Nous avons décidé de les exploiter. Nous voilà repartis pour le traditionnel repérage.

La feuille de route étant élaborée, les nouvelles tenues validées, en somme, en moins de 10 jours nous étions prêt pour ce nouveau thème. Teamwork power !


Quand tout prend vie !

Quand vous laissez libre court à la créativité et au talent d’une équipe de Make-up Artiste et Coiffeur tel qu’Amanda et Alex, vous obtenez un melting-pot de détails qui apportent une dimension exceptionnelle au thèmes, aux lieux, aux modèles.

_DSC8293.jpg


Pour une équipe et surtout pour moi cette étape est fondamentale. Ici, elle avait magnifié ce que la nature peut nous apporter de meilleur. Nous allions photographier en pleine forêt, au milieu des arbres, transpercés par les rayons d’un soleil d’automne, au grand air, tous ensemble. La combinaison du talent et des choses les plus fondamentales apportent une saveur et une satisfaction particulière quand vient l’heure du résultat final.

C’était un jour où j’étais assez nerveux car nous n’avions pas beaucoup de temps. Deux heures pour un objectif de 3 lieux dont un avec 15 minutes de marche. Loin d’être infaisable (on a vu pire !), mais nerveux à l’idée d’être passé à coté du “shooting carrière” qui aurait dû se dérouler à quelques minutes de route d’ici. Pas encore tout à fait avalé. Nous avions ce jour là Thomas Faso notre futur vidéaste à “l’essai” en vue d’intégrer notre équipe. Nous ne le savions pas encore, mais Thomas est notre vidéaste à l’heure ou je vous écris.

Je me dois de concrétiser le travail de toute une équipe et j’en suis conscient. J’apporte un soin à toujours relativiser les choses négatives pour les transformer en moteur, toujours faire mieux, toujours aller plus loin. Quand j’arrive sur place, malgré la fatigue, tout va beaucoup mieux. Je ne dirai pas que je me sens apaisé, mais je suis concentré et déterminé à mettre en action nos plans et à coordonner au mieux notre équipe. Il est très important pour moi de travailler sa faculté à être opérationnel et de satisfaire une obligation de résultat dans n’importe quelle conditions, en amont, pendant ou après. “Le nerf de la guerre” ou les enjeux de ne pas passer à côté de sa mission.

Les premiers “Clics”

_DSC8368.jpg

Très proche du parking, le premier lieu, je n’ai que ma valise avec mes boîtiers. Accompagné de tout le reste de l’équipe nous rejoignons Pierre et son équipe d’assistants. Avec Audrey, Fred et Benjamin, ils on déjà tout préparé sur place.

La séance peut donc commencer rapidement et dans des conditions idéales. Très important pour être productif et respecter les timings mais également pour les modèles. Ils doivent préserver leurs maquillages, leurs coiffures, leurs tenues des éléments extérieurs. Ils ont besoin aussi de ne pas s’exposer à des conditions climatiques trop importantes, notamment aux températures extrêmes.

Objectif pour le premier lieu : 1 photo de groupe, 2 portraits en couple. Comme convenu l’équipe d’assistants ont préparé sur place un parapluie Phottix de 180cm monté sur un flash Godox Ad600 avec tête déportée, deux panneaux réflecteurs de 180x60 montés tous deux sur pieds. Le parapluie et le flash sont montés sur le pied girafe Manfrotto 085BS.

Pour la photo des 3 modèles réunis, j’ai opté pour une lumière venant du haut à plat et de deux réflecteurs placés au sol afin de remonter la lumière indirecte venant du flash.

Pour les portraits Benjamin a utilisé la perche afin de disposer d’une lumière à 45° environ au dessus des modèles, j’ai utilisé les réflecteurs de la même manière.

J’ai souhaité avec ces techniques d’éclairage, garder un bon rapport du mix lumière naturelle / lumière artificielle tout en évitant un maximum les reflets verdâtres dans les ombres qui viennent souvent gâcher le teint en forêt ou dans les espaces verts. L’automne ayant pris possession de la forêt à certains endroits, nous n’aurons pas ce problème de reflet pour la scène 2 !

La deuxième scène.

3 minutes de marche plus tard. Ce grand espace qui nous attire, au moment même où nous entrons dans la forêt. Une grande ligne droite, bien fournie, majestueuse. Les arbres penchent les uns sur les autres comme attirés par le milieu de ce long couloir, habillé de rouille et d’orange de saison. Pierre et Benjamin et Fred sont déjà sur place. Il ont déjà installé le fond de studio sur son support de 3 mètres de large et d’autant de hauteur.

Afin de pouvoir marier les tenues aux couleurs du lieu sans qu’elles se fondent dans le décor, j’ai décidé d’installer au milieu de ce chemin un fond de studio gris qui permettra sans artifices de détacher les modèles de l’arrière-plan.

D’un côté du chemin à environ 8 mètres du fond de studio, sur un pied droit à 90° des modèles, le parapluie Phottix de 180cm monté sur un flash Godox AD600. De l’autre côté et rigoureusement en face un panneau réflecteur de 180x60 sur pied également.

_DSC8477.jpg

J’ai demandé aux modèles de marcher le plus naturellement possible tout en intéragissant ensemble. Le directing était conduit de tel manière que les modèles commencaient à marcher tout près du fond. Au moment où ils passaient entre le flash et le réflecteur, c’était à moi de jouer. Je n’ai pas hésité sur le cadrage, mais nous avons tout de même répété la procédure une bonne dizaine de fois afin d’avoir un plus grand choix dans les différentes expressions et interactions.

Attention à ne pas se laisser déborder par la beauté des lieux. Il est important de ne pas fondre les modèles dans le paysage en cadrant trop large. Une fois le juste milieu trouvé, il ne faut plus hésiter. Par essai, il n’y a qu’un moment où les modèles sont idéalement placés vis à vis de la lumière. Il faut assurer pour ne rien regretter et surtout être efficace. Il ne nous reste qu’une heure avant la tombée de la nuit et il nous faut marcher encore 15 minutes pour rejoindre le dernier lieu.

L’ultime cliché !

Toujours un coup d’avance ! Pierre et son équipe son déjà sur place, mais cette fois c’est 3 fonds de studio de 3 mètre de large et 3 mètres de haut qui doivent être installés. Ils doivent êtres placés d’une manière bien précise à environ 5 mètres les uns des autres sur un plan de la profondeur. Malgré les renforts en terme de leste des supports, le vent assez présent aura eu raison de notre projet. En effet, tous les éléments n’étaient pas réunis pour assurer une sécurité correcte pour tout le monde.

Le temps de quelques retouches make-up et coiffure, j’ai donc improvisé la dernière scène. Après l’avoir composée rapidement dans ma tête, Pierre et son équipe l’ont mis en place en quelques minutes seulement. J’ai décidé de conserver un fond de studio de couleur rouge et de privilégier l’ambiance pour ce cliché réalisé de manière inopinée.


Ensemble, la difficulté n’est qu’un détail !

Réaliser des gros projets est quelque chose de fastidieux, encore plus quand il doit se dérouler en extérieur. Il est parfois difficile d’aller au bout de ses idées exactement comme on le voudrait. On aimerai évoluer plus vite, nous perfectionner toujours plus rapidement. Malgré tout ça, quelque soit nos objectifs, je pense qu’ils en valent toujours la peine. Il y a toujours un prix à payer, mais tout le monde peut y arriver avec de la détermination et de l’entraide.

C’est un énorme bonheur d’enfin pourvoir vous parler de nos aventures et répondre à vos questions afin que vous puissiez devenir le photographe accompli que vous aimeriez être !

N’hésitez pas à partager, inviter, commenter et soutenir mes projets comme vous le voudrez !

99.jpg
 
 

Final edit. :